Graines de médiateurs

Entre
Ce que je pense,
Ce que je veux dire,
Ce que je crois dire,
Ce que je dis,
Ce que vous avez envie d’entendre,
Ce que vous croyez entendre,
Ce que vous entendez,
Ce que vous avez envie de comprendre,
Ce que vous comprenez,
Il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer.

Encyclopédie du savoir relatif et absolu, Edmond Wells


Depuis plusieurs années, l’Université de la Paix propose un programme d’éducation citoyenne visant à rendre les enfants autonomes dans la gestion de leurs conflits au quotidien. Ce cursus se veut être une initiative durable : il s’agit aussi d’informer et de former les parents, les enseignants et les directions.

Contenu général des animations

Apprendre à mieux vivre ensemble et à gérer positivement les conflits. Autrement dit :

  • Découvrir à la fois la singularité et les points communs avec les autres.
  • Apprendre à prendre sa place dans le groupe et à respecter celle des autres.
  • Améliorer sa communication et sa compréhension de celle des autres.
  • Apprendre à écouter et à être écouté
  • Exprimer tous ses sentiments et ses besoins et reconnaitre ceux des autres.
  • Développer la coopération et la confiance au sein de la classe.
  • Développer des attitudes et des valeurs nécessaires à la gestion de conflits.
  • Développer sa créativité dans la recherche d’issues au conflit.

Ecoutez la chanson entonnée par les enfants


Comptes rendus des séances

À raison d’une séance de 1 h 40 par mois, pour l’année 2014-2015, Dominique Brune, animatrice pour l’Université de la Paix est intervenue avec la participation de l’instituteur. Si vous êtes curieux, vous pouvez parcourir les comptes-rendus de nos diverses séances. Ces séances nous ont aidé à découvrir les concepts de la médiation. Nous essayons à présent d’appliquer nos apprentissages petit à petit

Accédez aux albums photos des séances

Accédez aux compte rendus

Écoutez l’interview de l’animatrice réalisée par les enfants


La roue des émotions

Lors de notre deuxième séance, de l’animation graines de médiateurs, nous avions abordé le thème des émotions. Au terme de la séance, madame Dominique, notre animatrice, nous a investi d’une mission : réaliser un panneau où les enfants pourraient exprimer leurs émotions. Comme je n’ai pas beaucoup de murs dans ma classe (qui n’est pas très grande), j’ai décidé d’utiliser la porte d’une armoire. J’ai démonté la porte et les enfants ont enlevé la charnière. J’ai ensuite poncé la porte. Les enfants ont appliqué une première couche de fond. Cela nous a permis de mettre ensuite deux couches de peinture « aimantée ». Pour finir, nous l’avons recouvert d’une couleur décorative.

Pour ma part, j’ai réalisé les montages photo des enfants dans des bulles. J’ai également tracé sur la porte la roue des émotions. Deux enfants ont collé des images décoratives toutes autour : elles symbolisent certaines émotions. L’idée est donc que les enfants placent leur photo dans la zone qui les représente le mieux sur l’instant. Les photos ont un aimant au dos. Je ne voulais pas réaliser un panneau où on ne pouvait placer les photos sur la périphérie du cercle : il était important de pouvoir utiliser l’intérieur du cercle pour affiner l’expression souhaitée.

Tout au long de l’année, les enfants ont appris à se servir spontanément de ce support. Depuis, j’ai déménagé dans un local plus petit. J’ai donc donné l’armoire et le panneau à une autre enseignante qui avait la place pour installer l’armoire. D’autres enfants vont donc continuer à travailler sur ce thème.

Photos de la construction du panneau


Cocoli, petit colibri

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

Cocoli, c’est le bâton de parole. Lorsque les enfants reçoivent cocoli, ils peuvent parler, s’exprimer, partager leurs émotions, leurs réflexions et compréhensions. En le faisant, ils font leur part.

L’animatrice de graines de médiateurs, madame Dominique, nous avait donné une mission : créé un panneau reprenant les quatre règles à respecter lors des animations (règles d’ailleurs appliquées également dans l’école). Parallèlement, elle nous avait encouragé à créer des passeports pour chaque enfant. Pour rappel, vous trouverez toutes les informations du projet ici.

J’ai décidé de faire d’une pierre deux coups : utiliser les passeports pour compléter le panneau des règles. Voici l’idée : lors des animations, nous sommes tous assis en rond. L’animation est basée sur ce que chacun peut apporter (son vécu, sa personnalité, ses émotions, ses expériences…). J’ai donc proposé aux enfants de disposer les passeports réalisés en rond sur le panneau. Au centre, les quatre règles fondamentales et bien sûr, la mascotte et symbole de parole : Cocoli.

Pour rendre le panneau plus attractif et donner envie aux enfants de s’y référer, je leur ai proposé de composer les phrases à l’aide de lettres collectées dans des journaux. Ils se sont pris au jeu et ont apprécié l’activité. J’ai donc donné à chaque équipe une des règles (en scindant les phrases les plus longues). Chaque équipe a donc mis la main à la pâte. Une fois les phrases formées, ils devaient les coller sur le panneau.

Photos de la construction du panneau


Bases pédagogiques

Graines de médiateurs est un programme pédagogique qui permet d’apprendre aux enfants à gérer leurs conflits de manière autonome.

Les outils qui sont partagés avec les enfants correspondent à des bases de médiation.

Ce support pédagogique permet de rencontrer les objectifs définis par le décret « missions » pour « favoriser le développement d’une citoyenneté responsable, active, critique et solidaire chez les jeunes ».

Quatre « rouages » pour mieux vivre les conflits :

  • Le rouage « vivre ensemble » est visité par des activités de mise en situation, il est question ici de créer du lien et d’apprendre à mieux se connaitre.
  • Le rouage « comprendre » consiste en un temps de réflexion sur les attitudes, perceptions et ressentis par rapport au conflit et aux émotions qu’il suscite.
  • Le pôle « communiquer » exerce quant à lui l’écoute et l’expression.
  • Enfin, le rouage « agir » invite à passer à l’action autrement dans un conflit.

Le changement visé correspond à des attitudes, des « savoir-être ». Il s’agit d’un processus et non pas d’une baguette magique qui amorce un changement radical du jour au lendemain.


 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.