Les formes de phrases

Documents

Synthèse : types et formes de phrases
Synthèse suite : types de phrases
Classement de phrases
Applications : les types et formes de phrases
Applications : les types et formes de phrases
Voir aussi Les types de phrases

 

La phrase affirmative

Une phrase à la forme affirmative est une phrase dans laquelle il n’y a aucune marque de négation. Elle est positive.


La phrase négative

Une phrase à la forme négative est une phrase transformée qui exprime une négation, c’est-à-dire qu’elle sert à nier, à refuser ou à interdire quelque chose.

La forme négative contient un marqueur négatif formé généralement de deux éléments :

ne… pas

ne… point

ne… plus

ne… jamais

ne… personne

ne… rien

ne… guère

ne… que

n’…qu

Rien ne

Aucune ne

Ni

Nul

Je ne suis pas d’accord.

Je n’ai jamais aimé la chaleur.

Non, je ne rangerai plus tes affaires.

  • Devant une voyelle ou un « h muet », le « ne » devient « n’ ».
  • Au temps composé, le « ne » se place avant l’auxiliaire.
Forme négative Forme affirmative
Ne… pas / ne… plus Encore
Ne…rien Tout
Ne…jamais Toujours
Ne… guère Beaucoup
Ne… personne Quelqu’un
Ne… aucune Tous
Ne… ni … et…

La phrase emphatique

La phrase emphatique est une phrase dans laquelle un élément est mis en relief, ce qui crée un effet d’insistance sur cet élément : une phrase qui met l’accent sur un mot ou un groupe de mots. L’objectif est d’attirer l’attention et d’insister sur ces mots.

Pour utiliser l’emphase, on peut utiliser les procédés suivants :

  • L’emploi de « c’est…que », « c’est… qui »…
  • Le déplacement d’un élément en début de phrase.
  • Le redoublement d’un élément de la phrase par un pronom.

Quand une phrase n’insiste sur aucun mot en particulier, elle n’est pas emphatique. On dit qu’elle est de forme neutre ou non emphatique.

Exemples :

Dure, est la loi.

Ici, en déplaçant le mot « dure » dans la phrase à une position inhabituelle, on attire l’attention sur le mot « dure ».

C’est cet homme qui a volé la bicyclette.

En commençant la phrase avec les  « c’est… », on met en évidence les deux mots « cet homme ».

Il joue avec nous, ton frère.

On insiste sur les mots « ton frère », en reprenant ces deux mots avec le pronom « il » en début de phrase et en mettant ces mots en fin de phrase.

Cette matière, je ne l’ai jamais apprise.

Ici, on attire l’attention sur les mots « cette matière », en reprenant ces deux mots avec le pronom « l’ » en fin de phrase.

Pour les bêtises, il est champion.

On attire l’attention sur le mot « bêtises », en commençant la phrase par « pour… »


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.